Les événements survenus à Charlottesville, Virginie, Etats-Unis, le week-end du 12 et 13 août 2017 ont amené la Première Présidence de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours à publier deux communiqués afin de clarifier la position de l’Eglise quant au racisme, à l’homophobie, à l’antisémitisme (etc) et aux positions suprématistes de citoyens américains « blancs ». Ces deux communiqués ont suscité beaucoup de discussions aussi bien au sein de l’Eglise qu’à l’extérieur.

Si certains membres ont exprimé des positions en contradiction avec les deux déclarations suivantes et sont probablement en partie la cause du deuxième communiqué de l’Eglise, la grande majorité des membres aux Etats-Unis comme dans le monde entier ont été heureux et soulagés de voir l’Eglise réaffirmer la dimension universelle de l’amour de Dieu et de l’égalité de principe entre tous ses enfants. Sa condamnation du racisme, de l’intolérance et de la violence ségrégationniste est sans appel.

Dimanche 13 août 2017

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jour a émis le communiqué suivant :

« La violence, les conflits et la tragédie des derniers jours ayant eu lieu à Charlottesville, en Virginie, nous remplissent de beaucoup de tristesse et d’inquiétude. Les personnes de toutes confessions, ou sans croyances, devraient être préoccupées par l’augmentation de l’intolérance, tant par les mots que par les actions, que nous voyons partout.
Il y a plus de dix ans, Gordon B. Hinckley (1910-2008), ancien président de l’Église, a parlé du racisme en s’adressant aux membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Il a enseigné le principe suivant avec puissance et clarté : « Un homme qui fait des remarques désobligeantes sur des gens d’une autre race ne peut pas se considérer comme un vrai disciple du Christ. Il ne peut pas non plus considérer qu’il est en accord avec les enseignements de l’Église du Christ. » Nous rappelons aujourd’hui cet enseignement aux membres de l’Église, ainsi que l’exhortation du Seigneur d’aimer notre prochain.
Nos prières accompagnent ceux qui souffrent à cause de cette intolérance et de cette haine. Nous prions pour la paix et la compréhension. Par dessus-tout, nous prions pour que nous puissions nous traiter les uns les autres avec davantage de gentillesse, de compassion et de bonté.« 

 

Mardi 15 août 2017

L’Église a émis le communiqué suivant :

« On a attiré notre attention sur le fait que certains groupes ou communautés militant pour la suprématie de la race blanche ont affirmé que l’Église reste neutre ou soutient leurs idées. Rien n’est plus loin de la vérité. Dans le Nouveau Testament, Jésus a déclaré : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22:37–39). Le Livre de Mormon enseigne que « tous sont pareils pour Dieu » (2 Néphi 26:33).
Les gestes prônant la suprématie pour la race blanche sont moralement inacceptables et mauvais, et nous les condamnons. Les membres de l’Église qui font la promotion d’une « culture blanche » ou qui visent des objectifs suprématistes ne sont pas en harmonie avec les enseignements de l’Église. »

Contrairement aux commentaires de certains internautes, l’Eglise ne déclare pas que les personnes de type caucasien ne doivent pas célébrer leur culture et garder vivaces leurs traditions, artisanat, histoire, etc, mais qu’aucune culture ne doit se mettre en avant comme supérieure aux autres. Il est bon de connaître la culture de nos ancêtres et de comprendre d’où nous venons. C’est une partie de la promesse d’Elie. De plus la « culture blanche » telle que racontée par les suprématistes, n’a pas de base uniforme et historique. On parlerait plus de culture française, italienne, britannique, méditerranéenne, scandinave, russe…

Et lorsqu’on parle de « black culture » (culture noire), on fait en général référence à la culture afro-américaine, minoritaire, qui s’est développée en opposition aux conditions de vie des anciens esclaves noirs qui furent affranchis après l’abolition de l’esclavage et pour maintenir leurs traditions et promouvoir l’émancipation de leurs membres. On ne parle donc pas de culture uniforme pour toutes les personnes « noires » où qu’elles soient dans le monde. Il serait tout aussi étrange de penser que tous les asiatiques forment un seul bloc commun et une seule et même culture.

L’Eglise est mondiale, et tous ses membres ont le droit et le devoir de respecter, comprendre, transmettre et vivre leur culture et leurs traditions, tant que celles-ci sont en accord avec l’Évangile et les Commandement de Dieu. Toutes les cultures peuvent avoir des traditions et coutumes qui sont en opposition avec la volonté de Dieu. Il est du devoir de chacun d’exercer le don du discernement, que Dieu nous a offert à travers Ève et l’arbre de la connaissance, concernant ces sujets, et faire preuve de foi qu’ils peuvent améliorer ou changer les choses, faire preuve d’amour envers leur prochain et avoir le désir de progresser dans la connaissance du monde dans lequel nous vivons.

Aucun d’entre nous n’est parfait ni meilleur que les autres. Nous sommes tous de petits enfants aux yeux de notre Père céleste, enfants qui ont encore beaucoup à apprendre. Restons humbles et bons en toutes circonstances et nous verrons combien les bénédictions de Dieu peuvent être abondantes.


Article original, écrit par Eolia

(Visited 114 times, 1 visits today)