En général on ne considère pas naturellement l’évangile de Marc comme son récit évangélique préféré. Pour Julie Smith, sainte de derniers jours, spécialiste de la Bible, c’est la clarté de Marc qui attire le plus son attention, entre autre parce que sa lumière est souvent ignorée. Smith a obtenu une maîtrise de lettres en études bibliques de la Graduate Theological Union de Berkeley. Elle est donc bien placée pour nous éclairer sur ce qui rend l’évangile de Marc si spécial.

Dans cet entretien avec Laura Harris Hales pour LDS Perspectives Podcast, Smith nous dévoile des joyaux cachés de Marc à côté desquels un lecteur non averti pourrait passer.

Smith soutient que le message principal de Marc est l’importance d’être un disciple. Elle aime utiliser l’analogie suivante : pour elle, Marc est un président de pieu en Californie qui permet à une famille sans abri de dormir dans l’église parce qu’il n’est pas vraiment du genre à s’embarrasser avec des règles ; alors que Matthieu et Luc travaillent pour le Département d’éducation de l’Église à Salt Lake City, ils portent des costumes et ne songeraient même pas à enfreindre une seule règle. C’est un peu une généralisation, mais dans son évangile, Marc trace le portrait d’un Jésus vraiment très pragmatique, et très humain.

Dans ce portrait, il est aussi très divin, mais les éléments humains ressortent davantage, surtout par rapport aux autres évangiles du Nouveau Testament. Donc, même s’il y a beaucoup de similitudes entre le récit de Marc et celui de Matthieu (dans certains cas, verbatim), l’approche de Marc nous donne une perception différente de Jésus.

Un portrait plus actif de Jésus

Étrangement, Jésus ne parle pas beaucoup dans Marc. Il est très actif, mais on n’y trouve pas les longs sermons. Il n’y a pas le Sermon sur la montagne dans Marc. À l’exception du chapitre 13 de Marc et d’une certaine manière des paraboles dans le chapitre 4, Jésus est principalement actif. Il fait des choses ; il montre son autorité, en accomplissant des miracles par exemple, mais il ne parle pas beaucoup.

C’est une perception différente de Jésus par rapport à celle que l’on pourrait avoir dans Matthieu, qui centre davantage son récit sur les discours, ou dans Jean avec le discours d’adieu. C’est une image différente de Jésus, à laquelle Smith accorde de l’importance pour contrebalancer celles que nous percevons habituellement et qui nous sont familières.

Marc attache de l’importance au choix des disciples de Jésus. Le manque de compréhension des disciples n’est pas perçu comme une surprise ou une chose non voulue. Non, Jésus a délibérément choisi des gens qui auraient du mal à comprendre, et l’intention est de donner à l’auditoire de Marc du courage et de la foi ; il n’a pas besoin d’être un disciple parfait.

Suivre Jésus-Christ

Ce qui a de l’importance dans Marc, c n’est pas le doute, le manque de compréhension, la cupidité et l’envie, ou quoi que ce soit de ce genre. Ce qui a de l’importance dans Marc, c’est la volonté de suivre Jésus ; voulez-vous le suivre ? Tant que les disciples ont la volonté de le suivre, Jésus donne l’impression d’être plus qu’heureux de continuer à les enseigner, et de les garder comme disciples.

Smith pense que cela aurait été un message incroyablement rassurant pour l’auditoire de Marc ; un auditoire devant faire face à de nombreuses difficultés au début du 1er siècle, difficultés inhérentes à la vie de cette époque telles  que la peste, les maladies, les tremblements de terre, et une pauvreté extrême qui dépasse notre imagination. À cela s’ajoutaient parfois les persécutions réservées aux chrétiens, qu’elles soient initiées par le gouvernement, d’autres groupes religieux, ou par des conflits au sein même de leur famille ou de la société.

Le message principal de Marc

Pour simplifier, le message donné à l’auditoire de Marc est le suivant : « Tant que vous avez la volonté de continuer de suivre Jésus, ce n’est pas grave si vous vous plantez, même si vous vous plantez complètement, comme Pierre l’a fait en reniant et en trahissant Jésus ».

Smith a l’impression qu’à la fin de l’évangile de Marc, qui se termine brutalement, le public est motivé pour prêcher la parole. Les femmes sont laissées près de la tombe après la visite d’un jeune homme. Jésus n’apparait pas. C’est comme quand vous êtes assise tout au bout du dernier rang à la Société de Secours et qu’on vous passe la fiche. Si vous ne vous inscrivez pas, il n’y a pas d’inscrits.

C’est comme cela que l’évangile de Marc s’arrête. Si vous n’acceptez pas la tâche de partager la bonne nouvelle, ce ne sera peut-être pas fait. Au sens littéraire, pas littéral, c’est la fin idéale pour Marc.

 

Article écrit pour MormonHub, et traduit par Christine. 

(Visited 160 times, 1 visits today)