La Sainte Bible est la parole de Dieu. Cela doit être tout à fait clair. Nous, membres de l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, croyons en elle, nous l’étudions et nous efforçons de vivre selon ses enseignements. Mais, si vous connaissez notre religion, vous savez déjà que nous mormons, croyons également en des écritures additionnelles. Cela ne passe pas bien avec beaucoup de gens.

Malheureusement, beaucoup de gens, y compris des amis personnels, sont offensés par l’idée même qu’il pourrait y avoir plus d’écritures que celles écrites dans la Bible. Les possibilités présentées dans cet article ne sont en aucun cas destinées à remplacer ou diminuer l’autorité de la Bible, tout comme l’avènement du Nouveau Testament n’a pas diminué l’Ancient Testament. Au contraire, cet article loue l’idée que Dieu a parlé à d’autres peuples, à des moments différents, à des endroits différents, ce qui confirme et clarifie ce qui a déjà été écrit.

1. L’origine de l’exclusivité de la Bible comme parole de Dieu est une interprétation erronée

D’où vient la notion que la Bible est la seule parole écrite de Dieu? Regardons Apocalypse 22 : 18-19, qui est souvent cité comme preuve d’un concept appelé Sola Scriptura, qui est juste un nom marrant lié à la croyance que la Bible est la seule et complète autorité comme parole de Dieu :

Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.

C’est clair, non? Seule la Bible est la parole de Dieu. C’est écrit là, très clairement. Aussi simple que ça.

Et bien, peut-être pas. Faites-moi confiance. Lisez Deutéronome 4 : 2 :

Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris..

Deutéronome est au début de l’Ancien Testament. Apocalypse est le dernier livre du Nouveau Testament. Vous remarquez les similitudes ? Nous trouvons à nouveau le commandement « n’ajoutez ni ne retirez rien ». Si nous interprétons le commandement de Moïse de ne rien ajouter à la Bible de la même façon que nous interprétons le passage dans Apocalypse, tous les livres après Deutéronome seraient en violation flagrante de l’écriture, et seraient donc invalides. Mais elles ne le sont pas. Nous voyons le dilemme, n’est-ce pas ?

Une autre interprétation

La voici: la mise en garde de Jean dans Apocalypse ne s’applique qu’au livre d’Apocalypse.

La mise en garde de Moïse ne s’applique qu’au livre de Deutéronome.

Le fait est que beaucoup des livres du Nouveau Testament n’avaient même pas encore été écrit au moment où Jean a écrit cette écriture. En fait, la Sainte Bible telle que nous la connaissons aujourd’hui n’avait pas encore été compilée.

Alors pouvons-nous ajouter au livre de l’Apocalypse de Jean ? Non.

Son écriture est-elle une déclaration définitive de la fin de l’ensemble des écritures écrites ? Non.

la Bible est-elle la seule parole de Dieu ?

2. La Bible elle-même parle d’autres livres d’écritures qui ne font pas partie de la version finale de la Bible

En fait, c’est quelque chose de fascinant. Regardez cette liste de références dans la Bible (la plupart tirées de l’Ancien Testament) qui parlent d’autres livres et de prophètes dont les paroles ne sont pas trouvées dans la Bible :

  • Les guerres du Seigneur (Nombres 21:14)
  • Le livre du Juste (Josué 10:13; Samuel 1:18)
  • Les Actes de Salomon (1 Rois 11:41)
  • Le livre de Samuel le Voyant (1 Chroniques 29:29)
  • Le livre de Gad le Prophète (1 Chroniques 29:29)
  • Le livre de Nathan le Prophète (1 Chroniques 29:29; 2 Chroniques 9:29)
  • La prophétie d’Achijah (2 Chroniques 9:29)
  • Les visions de Jéedo le Prophète (2 Chroniques 9:29)
  • Le livre de Schemaeja (2 Chroniques 12:15)
  • Les mémoires de Jéhu (2 Chroniques 20:34)
  • Le livre de Hozaï (2 Chroniques 33:19)
  • Un épitre de Paul aux Corinthiens est antérieur à 1 Corinthiens (1 Corinthiens 5: 9)
  • Probablement un épitre antérieur aux Ephésiens (Ephésiens 3: 3)
  • Un épitre à l’Eglise des Laodicéens (Colossiens 4: 16)
  • Les prophéties d’Enoch connues de Jude (Jude 1:14)

Cette liste vient de ce site internet. Jetez-y un œil pour voir plus d’analyses sur ce sujet (en anglais).

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles ces livres n’étaient pas inclus dans la Bible. Il est certain que certains d’entre eux n’ont pas été découverts. D’autres ont simplement pu être jetés ou négligés. Cependant, ils confirment une chose : Il y avait d’autres prophètes et d’autres écrits de leurs prophéties, et ils vivaient à la même époque que les autres prophètes de la Bible, mais ils n’ont pas été inclus dans le groupe des 66 livres que nous appelons la Sainte Bible.

 

3. La Bible elle-même prophétise au sujet de futurs prophètes

La Bible est une compilation de livres divers écrits par des hommes de Dieu inspirés, que nous pouvons sans risques appeler des prophètes (comme Moïse) ou au moins des hommes qui ont prophétisés mais qui ont porté publiquement le titre d’Apôtres (comme Jean le Révélateur). Avec cette base, regardons quelques écritures, en commençant par Amos 3 : 7 :

Car le Seigneur, l’Eternel, ne fait rien Sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes.

Bon, au moins nous comprenons par cette écriture que Dieu révèle des choses aux prophètes. En fait, il semble qu’ils soient vraiment importants à ses yeux. Ils révèlent les paroles, les intentions, les avertissements, les commandements et les enseignements de Dieu (c-à-d la Bible). Maintenant prenons Apocalypse 11 : 3, qui parle des « derniers jours » avant la Seconde venue du Christ :

Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours.

La Bible elle-même prophétise sur de futurs prophètes, ou au moins d’hommes qui prophétisent. L’existence de futurs prophètes n’implique-t-il pas automatiquement qu’il y a d’autres informations que Dieu veut et va nous communiquer ? Cela n’implique-t-il pas automatiquement qu’il y a plus de paroles de Dieu à recevoir que la Bible ?

prier avant de lire les Ecritures: la Bible est-elle la seule parole de Dieu ?

4. “J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie…”

La Bible est le récit des relations du Christ avec le peuple du Moyen Orient ancien. Mais, vous êtes-vous déjà demandé s’il a visité d’autres gens ? Et si c’est le cas, ne serait-il pas logique que ces gens aient écrit ces expériences ?

Et bien… il l’a peut-être fait.

Dans Jean 10: 14-16 le Sauveur dit:

Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

Alors, plusieurs choses semblent assez claires dans ces versets. Tout d’abord, bien sûr, nous ne parlons pas de brebis, il s’agit de gens. Ensuite, le Christ fait référence à un peuple qui n’a pas encore entendu Sa voix et qu’il voulait amener à son évangile. C’est super ! Maintenant, comme toutes les écritures, cette section est sujette à interprétation. Ceux qui ne sont pas de notre foi interprètent bien sur ces versets différemment, mais nous, mormons, croyons que ces versets font référence à un peuple complètement séparé de ceux du Moyen Orient.

Qui ?

Regardez cette écriture intéressante du Livre de Mormon, (le Livre de Mormon raconte l’histoire du Christ en train de visiter les habitants de l’Amérique ancienne après sa résurrection) :

Et en vérité, je vous dis que vous êtes ceux de qui j’ai dit : J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut aussi que je les amène ; elles entendront ma voix ; et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

Mais cela ne s’arrête pas là. Même dans le Livre de Mormon le Christ dit à nouveau :

Et en vérité, en vérité, je vous dis que j’ai d’autres brebis qui ne sont pas de ce pays, ni du pays de Jérusalem, ni d’aucune partie du pays alentour où je suis allé exercer mon ministère. Car ceux dont je parle sont ceux qui n’ont pas encore entendu ma voix ; et je ne me suis encore jamais manifesté à eux. Mais j’ai reçu du Père le commandement d’aller à eux, et ils entendront ma voix et seront comptés parmi mes brebis, afin qu’il y ait un seul troupeau, un seul berger ; c’est pourquoi je vais me montrer à eux.

Ce qui laisse la porte ouverte (au moins aux Mormons) pour encore plus d’écritures dans le futur qui doivent encore être révélées.

 


Article écrit par David Snell et parut dans MormonHub, traduit par Samuel Babin.

(Visited 485 times, 2 visits today)