mormon-famille

 

Depuis le week-end dernier, cela fait cinq ans que mon père est décédé. Même si nous savions que ça allait arriver et que nous nous y sommes préparés pendant des jours, des semaines, des mois, voire des années, le chagrin était et est toujours présent. Pour me préparer à écrire cet article, j’ai repensé à la semaine où mon père est mort et aux choses que j’ai faites depuis pour continuer à avancer et à me souvenir de lui. J’ai pensé à cinq choses qui m’ont aidé et qui pourraient aider les autres à surmonter la mort d’un être cher.

 

Accepter de l’aide

Le dimanche avant l’enterrement de mon père, je me souviens avoir attendu à l’église pendant presque une heure pendant que ma mère parlait à la présidente de la Société de Secours de notre Paroisse et à d’autres amis qui voulaient nous aider dune manière ou dune autre. Beaucoup de petites choses devaient être faites, et elle a accepté toute l’aide qui lui a été offerte. Nous n’aurions jamais pu tout accomplir sans la gentillesse de tous ceux qui nous ont aidés. J’ai eu un sentiment très profond de communauté et d’amour à ce moment-là.

 

Garder des relations précieuses

J’ai beaucoup aimé entendre mon père raconter des histoires de moments où il s’est bien amusé avec ses amis d’enfance, ses compagnons de mission et ses camarades de classe. Son rire retentissant était contagieux, et ses histoires sont pratiquement devenues des légendes dans notre famille. J’adore la façon dont il a réussi à garder des liens forts avec ses amis et sa famille, et j’essaie de garder les miens de la même façon.

En outre, les relations que je tiens pour chères ont été renforcées pendant cette période difficile où mon père est mort. Je me souviens encore du sentiment que j’ai eu en voyant certains de mes amis les plus proches faire la queue ce jour-là pour me présenter leurs condoléances, de la chaleur des étreintes que je recevais d’eux, et de leurs paroles encourageantes.

 

Écrire des souvenirs

Comme je l’ai mentionné plus haut, plusieurs histoires de mon père sont devenues des légendes dans mon esprit. Je peux en raconter plusieurs par cœur, en utilisant les mêmes détails avec lesquels il les aurait racontées. C’était une merveilleuse expérience pour moi d’écrire ces histoires et d’autres qui m’ont été racontées par ses amis et sa famille.

 

Vivre cela comme une célébration

Tous les décès sont suivis de tristesse et de chagrin, mais nous pouvons choisir de nous concentrer sur les bonnes actions et les accomplissements de la vie du défunt bien-aimé. J’ai adoré l’enterrement de mon père. Je suis sûr que beaucoup de ceux qui étaient présents ont estimé que c’était trop long et que ça s’éternisait, mais moi j’aurais voulu que ça ne se termine jamais. Chaque année, j’écoute l’enregistrement audio de cet événement et je ris jusqu’aux larmes, puis je pleure un peu plus. Lors de cet enterrement tous les aspects de sa vie ont été abordés et c’en était une véritable célébration.

 

Réflexion sur le Plan du Salut

Le témoignage de tout le monde est mis à l’épreuve à un moment ou à un autre. Lorsque vous devez faire le point et décider si vous croyez réellement à ce que vous dites que vous croyez. J’ai toujours su que je croyais au plan du salut et à la vie éternelle, qu’on vivrait ensemble en famille après cette vie, mais lorsque j’ai été confrontée à cette situation-là, j’ai su que tout était vrai. À présent, j’attends avec impatience le jour de la résurrection, lorsque je pourrai revoir mon père, dans un corps sain et perfectionné, et que je vivrai pour toute l’éternité avec ceux que j’aime.

 

Article original en anglais, traduit par Nathalie.

(Visited 313 times, 3 visits today)