Voici un extrait du livre de Brent L. Top, Au- delà des portes de la mort : Comprendre les expériences de mort imminente à la lumière de l’Evangile rétabli.

Aussi “mystérieuses” que les conditions du monde des esprits puissent nous paraître, le Président Brigham Young et d’autres prophètes et apôtres saints des derniers jours nous ont expliqué que le monde des esprits se trouve ici sur terre.

“Où est le monde des esprits ? Il est ici. Les esprits bons et mauvais vont-ils ensemble ? Oui. Habitent-ils les uns et les autres dans un seul royaume ? Oui. Vont-ils dans le soleil’ Non. Vont-ils au-delà des limites de la terre organisée ? Non. Ils sont amenés exprès sur cette terre dans le but de l’habiter à toute éternité. Ou irez-vous encore ? Nulle part ailleurs, sauf selon ce qu’il vous sera permis.” (Brigham Young, dans Discours de Brigham Young, 3:369.)

Elder Parley P. Pratt a écrit que le monde des esprits “est sur cette planète, celle-là même sur laquelle nous sommes nés ou, en d’autres termes, la terre et d’autres planètes d’une sphère similaire ont leurs sphères intérieures ou spirituelles ainsi qu’une sphères extérieure ou temporelle. L’une est peuplée de tabernacles temporels et l’autre d’esprits. Un voile se trouve entre la première et la seconde sphère grâce auquel tous les objets de la sphère spirituelle sont rendus invisibles aux yeux de ceux qui se trouvent dans la sphère temporelle.” (Key to the Science of Theology, p. 80.)

Bien que ses parents décédés ait informé une femme qu’elle se trouvait dans le “monde des esprits,” comme la plupart de ceux qui ont des expériences dans cet autre royaume, il semble qu’elle n’ait pas compris qu’elle se trouvait toujours sur terre ou, du moins, elle ne l’explicite pas dans son récit (voir Return from Death, p. 80).

Toutefois, le Dr. George Ritchie, semble être l’un des seuls à avoir vécu cette expérience de comprendre véritablement que le royaume qu’on lui a montré était toujours lié, d’une certaine façon, à cette sphère terrestre. Il a parlé de cette observation de nombreuses fois. “Nous avons voyagé d’une ville à l’autre, de toute évidence sur cette terre que nous connaissons, cette partie-même de la terre, les États-Unis et le Canada, que j’avais toujours connu, mais la seule différence était les milliers d’êtres non-physiques que j’observais maintenant et qui habitaient aussi cet espace ‘normal’’” (Return from Tomorrow, p. 58).

Le Dr. Ritchie n’a pas seulement vu des esprits mais aussi des villes dans ce royaume d’esprit. Il a écrit : “Ce qui m’a donné l’impression que ma vision n’était pas nette était le fait de voir une autre ville superposée sur notre ville physique. J’ai fini par me rendre compte que celle-ci appartenait à ces êtres astraux. Dans un sens très profond, la plupart des êtres de l’un des royaumes n’avait pas conscience de l’existence de l’autre.” (My Life After Dying, p. 23.)

Même le noble domaine de l’apprentissage et de l’étude lui est apparu comme faisant partie de la sphère terrestre. “Jusque-là, j’avais eu l’impression que nous voyagions, même si je n’arrive pas à réaliser de quelle manière, au-dessus de la Terre elle-même. Même ce que j’avais fini par croire être un ‘avion très haut’ de pensées profondes et d’apprentissage, n’était évidemment pas loin de l’ ‘avion physique’ où les êtres sans corps étaient toujours reliés au monde solide.”

La seule exception à cette perception de royaumes terrestres se trouvait être la ville des êtres glorieux qui étaient comme le Christ et où il n’était pas autorisé de se rendre. (S’agissait-il d’êtres ressuscités et exaltés ?) “Pourtant, il semblait maintenant que nous avions quitté la terre. Je ne pouvais plus la voir.” (Return from Tomorrow, p. 72.) Ceci reflète probablement la déclaration du prophète Joseph que “ Les anges ne résident pas sur une planète comme cette terre, mais ils résident en la présence de Dieu” (D&A 130:6–7).

Le Révérend Norman Vincent Peale a raconté l’expérience qu’il avait eue lors de la mort de sa mère qui lui a indiqué la proximité du monde des esprit. Après avoir reçu la nouvelle de la mort de sa mère, il est allé au sanctuaire de l’église pour être seul afin de penser, prier et faire le deuil de la perte de sa chère mère. Sa mère lui a souvent dit que peu importe où il irait, là où il y aurait une chaire, elle serait là avec lui et il espérait qu’elle le soit à ce moment. Il raconte :

Je suis resté assis un bon moment. Puis, en quittant la chaire, je suis allé au travail, je me tenais debout devant mon bureau et j’ai mis la main sur une Bible que m’avait donnée ma mère lorsque je suis devenu pasteur de la Marble Collegiate Church, il y a 17 ans. À ce moment-là, j’ai ressenti très fortement deux mains, aussi légères qu’une plume, se poser sur le dos de ma main. Et j’ai ressenti très distinctement sa présence m’indiquant que tout allait bien, qu’elle était heureuse et que je ne devais plus être triste.

En tant que résultat d’une éducation théologique et scientifique, j’avais du mal avec cela, même si j’étais un fils qui ressentait de la peine à cause du départ de sa mère. Mais j’ai commencé à lire tous les livres que j’ai pu trouver dans ce domaine et j’ai découvert que quelque chose de la sorte s’était produit pour des milliers d’autres personnes.

Cela m’a amené à la conclusion que cet autre monde n’est pas très loin là-bas, quelque part dans les cieux, mais qu’il est superposé sur le monde dans lequel nous vivons. Cet autre monde est simplement dans une fréquence plus élevée, ou tout du moins, différente que celle que nous occupons sur terre. Et la ligne de démarcation devient, dans certaines circonstances, si fine qu’il peut y avoir une vibration, ou le sentiment d’une présence, de sorte que nous savons que ceux que nous avons aimés et perdus ne sont pas loin de nous. (“There is No Real Death,” dans Plus : The Magazine of Positive Thinking, mars 1991, pp. 7–9.)

le monde des esprits est souvent cité comme étant de l'autre côté du voile

Il y a d’autres références de cette idée de voile, mais pas le fait que le monde des esprits est très proche de nous. Maurice Rawlings, un docteur et chrétien évangélique, a admis que “la personne ‘partie’ peut voir et entendre les personnes qui se trouve dans la même salle qu’elle mais ne peut pas être vue ni entendue. Apparemment, vous et moi sommes ‘aveuglés’, dans notre vie présente, par rapport à ce monde spirituel.” (Maurice Rawlings, Beyond Death’s Door, p. 38.)

Une petite fille mourante et pour laquelle le voile était devenu très fin, a aussi parlé de la proximité de l’au-delà. “Deux jours avant sa mort, . . . le directeur de son école du dimanche est venu la voir pendant l’une de ses périodes de lucidité. En partant, il s’est tourné vers elle et il a dit : ‘Eh bien, Daisy; tu auras bientôt terminé de traverser cette vallée sombre,’ en référence à sa mort imminente. Daisy a semblé perplexe par cette référence. ‘Il n’y a pas de vallée,’ a-t-elle répondu, ‘il n’y pas de voile, il n’y même pas une ligne qui sépare cette vie de l’au-delà.’” (The Return from Silence, pp. 47–48.)

Bien que ces deux mondes distincts se trouvent dans la même sphère terrestre, le temporel étant basé sur le spirituel (voir D&A 29:31-32), la description que nous avons d’expériences positive de mort imminente dans le monde des esprits nous le dépeignent incontestablement comme le plus désirable des deux. Le Président Brigham Young a mentionné cette grande différence plus d’une fois. “Je peux dire, en ce qui concerne la séparation d’avec nos êtres chers et notre propre départ, que j’ai été assez proche de comprendre l’éternité pour devoir avoir beaucoup plus de foi pour vouloir vivre que la foi que j’ai eu toute ma vie à vivre. L’éclat et la gloire de notre prochaine demeure est inexprimable.” (dans Discours de Brigham Young, 14:231.)

 


La version originale de cet article a été publiée sur LDSLiving.com sous le titre « Where Is the Spirit World and How Can We Feel Those on the Other Side? » et traduite par Nathalie. French ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company | English ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company 

 

(Visited 600 times, 1 visits today)