Les gens me demandent souvent de parler des leçons importantes que j’ai apprises durant mes années de service dans le Collège des douze apôtres. Comme j’ai la bénédiction de rencontrer des membres fidèles du monde entier, de servir avec eux, et d’apprendre d’eux, les leçons sont nombreuses et variées. Cependant, au fil des ans, le principe et modèle spirituel du un par un a été source de bénédictions pour moi et a fortement influencé mon ministère.

J’ai découvert et fait l’expérience de ce principe du un par un bien avant d’être appelé apôtre. Je me rappelle avec tendresse des leçons de ma mère. Elle s’occupait des autres un par un, c’était un modèle dans ce domaine. Mes tantes, mes oncles et mes cousins servaient infatigablement les autres avec abnégation, et ils étaient de formidables exemples pour moi.

Les dirigeants d’auxiliaires et de la prêtrise dévoués, les conseillers et les instructeurs de ma jeunesse ont confirmé l’importance d’aider et de bénir les individus un par un. Les occasions que j’ai eu de servir en tant que dirigeants de la prêtrise ont grandement enrichi ma compréhension de servir les autres un par un.

Exemples de service, un par un

L’être humain qui est pour moi le plus grand exemple du principe du un par un dont je suis le plus proche est Susan Bednar, ma femme. Pendant de nombreuses années, je l’ai vu individualiser son amour et son attention à mon égard, à celui de nos enfants, de notre famille, de ses parents, de ses frères et sœurs, des amis et des connaissances de nos enfants, des sœurs qu’elle visitait, des membres de notre paroisse, de nos voisins, et d’énormément de personnes dans le monde. Les prières de Susan sont un véritable cours sur le principe du un par un.

Cependant, depuis mon appel aux Douze, un modèle récurrent d’expériences simples et marquantes a enrichi ma compréhension de ce principe qui me permet de rendre un témoignage solennel et sûr que le Seigneur nous connaît un par un. Il connaît chacun de nous. Il connaît notre nom. Il connaît nos inquiétudes. Il connaît nos appréhensions. Il connaît notre potentiel et nos capacités.

« Joseph » est le premier mot que Dieu, le Père éternel, a adressé à l’homme au cours de la Première vision dans cette dispensation ; je trouve cela révélateur. Le Père et le Fils connaissaient Joseph Smith, en tant qu’individu. Tout appel à servir le Sauveur est une invitation à apprendre le principe du un par un, parce que c’est de cette façon qu’il a lui-même servi. Dans une révélation donnée au prophète Joseph Smith, Oliver Cowdery, et David Whitmer en juin 1829, le Sauveur a expliqué la raison spirituelle derrière le service aux individus :

Souvenez-vous que les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu. Et si vous travaillez toute votre vie à appeler ce peuple au repentir et que vous m’amenez ne fût-ce qu’une seule âme, comme votre joie sera grande avec elle dans le royaume de mon Père ! Or, si votre joie est grande avec cette seule âme que vous m’aurez amenée dans le royaume de mon Père, comme elle sera grande si vous m’en amenez beaucoup ! (Doctrine et Alliances 18:10, 15–16).

Plus récemment, Gordon B. Hinckley a averti : « Nous devons veiller sur chaque personne. Le Christ a toujours parlé de personnes. Il a guéri les malades, individuellement. Dans ses paraboles, c’était de personnes qu’il parlait. Notre Église se soucie de chaque personne individuellement, quel qu’en soit le nombre. Que nous soyons six, dix, douze ou cinquante millions, nous ne devons jamais perdre de vue que ce sont les personnes individuellement qui sont importantes » (Enseignements des présidents de l’Église : Gordon B. Hinckley [2016], p. 312).

Jésus a aussi béni et enseigné les gens un par un.

Un modèle en toutes choses

Un jour, je réparais le toit de notre maison. Manquant de matériel et notamment de clous, je suis allé dans le magasin le plus proche pour acheter ce qu’il me fallait. Je portais mes vêtements de travail habituel, un pantalon et des chaussures décontractés, un T-shirt usé et une casquette. Je voulais faire au plus vite pour rentrer et terminer ce que j’avais entrepris, je suis donc entré rapidement dans le magasin et j’ai commencé à chercher ce dont j’avais besoin. Un homme s’est approché de moi alors que j’étais en train de choisir mes articles.

J’ai alors entendu : « Elder Bednar, le déguisement ne marche pas ». Nous avons ri puis il a demandé : « Vous permettez que je vous pose une question ? ».

Je lui ai répondu que j’étais là pour ça.

Interrogatif, il m’a demandé ce que je voulais dire. Je lui ai dit : « Vous êtes la raison de ma présence ici. Je fais des réparations dans ma maison, et j’ai besoin de quelques petites choses pour terminer. Mais je ne suis pas dans ce magasin uniquement pour acheter des clous pour mon toit. Je suis là parce que Dieu savait que nous nous rencontrerions dans ce magasin et que vous aviez quelque chose à demander. Je vous en prie, posez-moi votre question ».

Nous avons parlé dans le rayon pendant une quinzaine de minutes, et j’ai essayé de trouver la réponse à sa question. Cette rencontre avec cet homme, dans ce magasin était-elle une simple coïncidence ? Ou cet épisode était-il divinement orchestré par un Sauveur aimant qui connaissait cet homme fidèle et répondait à ses inquiétudes, en tant qu’individu ?

Je crois que dans l’œuvre du Seigneur, les coïncidences n’existent pas. Les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu. Dans une révélation donnée par l’intermédiaire du prophète Joseph Smith, en juin 1831, le Seigneur a déclaré : « Et de plus, je vais vous donner un modèle en toutes choses, afin que vous ne soyez pas trompés ; car Satan est de tous côtés dans le pays et il s’en va tromper les nations » (Doctrine et Alliances 52:14).

Prêtez attention à cette expression de ce verset : un modèle en toutes choses. Il est intéressant de constater que le Seigneur nous a donné un et non le modèle en toutes choses. Je ne crois pas qu’il suggère qu’il n’a qu’un seul modèle à appliquer à toutes les situations. Au contraire, la manière du Seigneur comprend une diversité de modèles qui peuvent être utilisés pour atteindre différents objectifs spirituels.

À travers les histoires dont j’ai parlé et beaucoup d’autres, des histoires ordinaires, toujours individuelles et trop nombreuses pour être comptées, le modèle de base du un par un inhérent à l’œuvre du Seigneur s’est distillé plus complètement et plus intensément que jamais dans mon âme.

Elder Bednar a vécu selon la formule un par un.

Elder Bednar applique le principe un par un ici avec une petite fille de 5 ans, à Manille aux Philippines.

Les apôtres servent un par un

Sous la direction de la Première présidence, les Douze doivent « édifier l’Église et en régler toutes les affaires dans toutes les nations » (Doctrine et Alliances 107:33). Chaque membre des Douze a aussi un ministère personnel centré et dirigé vers les individus.

Il est important de comprendre que le Sauveur n’envoie pas seulement des autorités générales, des dirigeants généraux d’auxiliaires, des présidents de pieu, des évêques, des présidentes de la Société de Secours, et d’autres dirigeants d’auxiliaires pour répondre seuls aux besoins de tous les membres de toutes les unités de son Église rétablie. Il a plutôt invité tous les Saints, où qu’ils vivent et quel que soit le poste ou l’appel dans lequel ils servent, de s’acquitter de ses responsabilités et de remplir son rôle dans la grande œuvre du ministère.

Je ne suis pas en train de dire que chaque échange ou contact que nous avons avec les autres doivent être considérés comme étant une mission spéciale donnée par le Seigneur. Certains pourraient facilement faire preuve d’excès de zèle et dépasser les limites de leurs intendances en prétendant recevoir des inspirations pour les autres. Mais sous la direction de l’Esprit, nous pouvons tous trouver des occasions de servir à la manière du Seigneur.

Le modèle simple du un par un influence tout ce que je fais, chaque jour de ma vie et où que j’aille. Par exemple, quand je prends la parole dans une réunion, je ne vois pas une assemblée de 100, 1 000, 2 000 ou 20 000 personnes. Avec l’aide du Seigneur, je m’efforce plutôt de voir 100, 1 000, 2 000 ou 20 000 individus.

J’ai appris qu’il n’y pas de grandes assemblées, il n’y a que de grands rassemblements d’individus. M. Russell Ballard a enseigné : « Chose triste à dire, dans le monde d’aujourd’hui, l’importance d’une personne est souvent estimée à la taille de l’auditoire devant lequel elle se produit. C’est comme cela que sont évaluées les émissions des médias et des sports, qu’est parfois déterminée l’importance des entreprises et souvent la façon dont on gravit les échelons du gouvernement. C’est pour cela que des rôles tels que ceux de père, mère et missionnaire reçoivent rarement un tonnerre d’applaudissements de la foule. Pères, mères et missionnaires se produisent devant des auditoires très restreints. Cependant, aux yeux du Seigneur, il n’y a qu’une seule taille d’auditoire qui ait une importance durable, c’est simplement l’individu, chacun, vous et moi, et chacun des enfants de Dieu. Le paradoxe de l’Expiation, c’est qu’elle était infinie et éternelle et que cependant elle s’applique individuellement, à une personne à la fois. (« L’Expiation et la valeur d’une seule âme », Le Liahona, mai 2004, italiques ajoutés).

 


Cet extrait est d’abord paru dans l’édition septembre/octobre 2017 de  LDS Living. Il a été écrit par Elder Bednar, adapté de son nouveau livre « One by One » et a été publié sous le titre The Surprising Thing Elder Bednar Told a Man in a Hardware Store That Reveals How Christ Works in Our Lives. Français ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company | English ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company

(Visited 179 times, 1 visits today)