Il y a quelque semaines, Chester Bennington, le chanteur du groupe Linkin Park, s’est suicidé.

Après avoir appris la nouvelle, j’ai passé la journée à écouter la musique du groupe qui m’avait aidé à gérer une enfance marquée par la maltraitance et des traumatismes à répétition. J’ai pensé à mon propre cheminement à travers les problèmes psychologiques et à ceux que j’aime qui souffrent aussi de cela.

J’ai pensé aux moments où j’aurais voulu mourir. J’ai pensé à ce banc à côté de l’autoroute où je m’assoie toujours pour penser à continuer de vivre. J’ai pensé à ce qu’on ressent quand on est en pleine dépression et qu’on voudrait mourir, qu’on prend des antidépresseurs qui nous donnent l’impression d’être morts.

J’ai pensé à toutes les fois où j’ai souffert le martyr mais je mentais en disant que ça allait. J’ai pensé à toutes les personnes qui, je le sais, veulent être là pour moi. Ceux qui m’aiment. J’ai pensé à toutes ces personnes que je connais, moi y compris, et dont la vie a éclaté à cause du suicide d’un de leurs proches.

Ces questions persistent : Qu’est-ce que j’aurais pu faire de plus? Qu’est-ce que j’ai raté? Pourquoi ne m’ont-ils pas parlé juste un peu plus? Comment quelqu’un peut-il passer du sourire, un jour, au suicide, le lendemain?

J’ai pensé à ce qui m’avait vraiment aidé. Les choses que j’ai apprises à faire pour aider ceux qui souffraient comme moi. Que vous connaissiez quelqu’un qui souffre de maladie mentale ou non, apprendre ces façons de faire peut tout simplement aider quelqu’un à choisir de rester en vie et l’éloigner de ses pensées suicidaires.

Priez pour pouvoir discerner

Jésus-Christ connait la souffrance de tous ceux que vous rencontrez. Il sait aussi à quel point ils sont doués pour cacher leur souffrance. Priez pour avoir les yeux nécessaires pour voir la souffrance que vous ne pouvez pas voir à la surface. Priez pour avoir l’inspiration de servir ceux qui en ont besoin. On ne peut jamais savoir qui on peut toucher ou qui on peut changer pour toujours grâce à nos actes de gentillesse.

Suivez résolument les inspirations de l‘Esprit. N’hésitez jamais à agir selon une bonne pensée qui vous vient à l’esprit qu’elle soit grande ou petite.

Informez-vous sur les maladies mentales

Recherchez des informations sur les maladies mentales. Cherchez quels sont les signes avant-coureurs. Si vous craignez que quelqu’un prenne la décision de se faire du mal, adressez-vous à des professionnels pour savoir comment les aider. Si vous connaissez quelqu’un qui souffre de cela, posez des questions sur leurs expériences. Faites en sorte qu’ils sachent que vous voulez apprendre et mieux comprendre ce qu’ils traversent. Aidez-les à détruire les stigmates de la honte en leur parlant ouvertement de la maladie mentale, sans les juger.

Encouragez les personnes à se soigner

Le traitement est extrêmement difficile pour beaucoup de personnes souffrant de maladie mentale. Certains d’entre eux n’arrivent pas à se brosser les dents, à se doucher ni à faire la lessive. Le désordre et la maladie mentale sont liés de très près. D’autres ont du mal à faire leurs courses et/ou à faire de l’exercice. D’autres se cachent dans la salle de bains, au travail, pour pleurer et traverser la journée. Encouragez les personnes à se soigner de quelle que manière que ce soit. Proposez de faire des choses ensemble, comme de faire les courses ou la lessive, par exemple. Soyez patients avec vos collègues et proposez l’option d’horaires flexibles, si c’est possible. Évitez de leur dire qu’ils ont l’air fatigués ou malades. Offrez du soutien et faites des compliments sincères lorsque vous remarquez des accomplissements et du travail bien fait.

Posez des questions pour en savoir davantage

La plupart des gens qui sont aux prises avec la maladie mentale et/ou les pensées suicidaires sont enfermés dans la honte. Ils se détestent. Ils sont terrorisés et ils veulent minimiser la quantité de peur qu’ils font ressentir aux autres en gardant leurs angoisses pour eux-mêmes. Quel que soit le nombre de personnes qui disent qu’ils les aiment et sont là pour eux, il y a de fortes chances qu’ils se sentent totalement seuls.

Alors n’attendez pas qu’ils vous contactent. N’attendez pas qu’ils vous demandent de l’aide. Ils ne le feront probablement pas. Vous pouvez leur donner plus de courage pour recevoir de l’aide en leur posant des questions pour en savoir davantage.

En voici quelques exemples :

  •  À quoi as-tu pensé dernièrement?
  • Quel a été ton meilleur et ton pire moment  de la journée/semaine?
  •  Ton bilan de santé mentale, comment ça va?
  • Je sais que ta santé mentale est importante pour toi. De quoi puis-je parler avec toi aujourd’hui?
  • Comment ça va réellement? Je veux t’écouter.
  •  Dis-moi si tu as besoin de faire le point sur tes pensées. Je serai ravi de t’écouter.

Contact physique qui convient

On sait que le contact physique fait augmente les hormones positives dans le cerveau et aide à diminuer le stress et la tristesse. En fonction de votre type de relation et de votre niveau de proximité, proposez du contact physique qui aide. Prenez la personne dans vos bras. Donnez-lui une petite tape dans le dos. Asseyez-vous près de lui ou elle. Prenez-lui la main. Brossez-lui les cheveux. Mettez-lui du vernis à ongles. Marchez ensemble bras-dessus bras-dessous. Touchez son coude. Ayez toujours son consentement avant de toucher la personne. De nombreuses personnes ayant une maladie mentale ont du mal avec le contact physique et certains troubles font que l’anxiété va augmenter lorsqu’ils sont en contact avec les autres.

un contact physique amical peut aider quand on a des pensées suicidaires

Affirmez votre intention de rester

L’un des plus grands mensonges qu’on se dit quand on a honte c’est de penser que si on nous voit pour qui on est vraiment, les gens vont s’en aller. Même si vous ne savez pas quoi dire ou que vous vous sentez désemparés, vous pouvez choisir de rester aux côtés de quelqu’un, pendant qu’il/elle a une crise. Ne sacrifiez jamais votre propre santé mentale, mais assurez-vous qu’ils savent que vous êtes là pour le long terme. Passez un moment avec eux, écoutez-les et restez simplement à leurs côtés. Vous et votre amour n’allez pas partir. Dites-le-lui souvent. Dites-le sans vous y sentir forcé. Dites-le pendant que vous le/la prenez dans vos bras. Faites tout ce que vous pouvez pour les aider à le croire.

“Je suis content que tu sois là”

Les gens ne veulent jamais admettre qu’ils souffrent de tendances suicidaires. Le choix de rester est à la fois très fort et très épuisant. Si vous vous faites du souci pour quelqu’un, soyez honnêtes en leur disant que vous êtes reconnaissants pour leur choix de continuer à vivre. Dites-leur que vous êtes heureux qu’ils soient là. Expliquez-leur pourquoi. Dites-leur de quelle façon leur existence est une bénédiction dans votre vie.

Ne portez par le fardeau tout seul

Au bout du compte, vous devez savoir que vous n’êtes pas responsable des décisions que prennent les autres. Bien que nous puissions tous faire mieux pour servir et aimer, nous ne pouvons pas pleinement endosser la faute. Ne vous laissez pas ressentir de la culpabilité injustifiée. Ne vous mettez pas de pression au point que cela nuise à votre propre coeur et esprit. Jésus-Christ est le Sauveur du monde ; n’essayez pas d’être le Sauveur de quelqu’un. Essayez juste d’être un lien entre eux et Dieu. N’essayez pas d’aider quelqu’un par vous-mêmes. Tournez-vous vers des professionnels, des dirigeants ecclésiastiques et vers Dieu pour avoir de l’aide.

Si vous avez souffert de maladie mentale ou avez aidé quelqu’un, qu’est-ce qui vous a le plus aidé?

Si vous avez des pensées suicidaires, sachez que vous n’êtes pas seuls. Il y a des numéros d’urgence que vous pouvez contacter si vous avez besoin d’aide pour pouvoir parler et qui vous donnent d’autres conseils sur ce que VOUS pouvez faire pour surmonter votre maladie mentale.

 

Voici d’autres articles très bien sur ce sujet :

7 mythes dangereux répandus sur la maladie mentale

13 Ways People With Depression Can Help Themselves. (en anglais)

La souffrance mentale n’est pas une faiblesse

La dépression décrite parfaitement dans un passage du Livre de Mormon

Le véritable impact des mots

6 conseils pour ceux souffrant d’anxiété et de dépression

Faire face au stress et au découragement


La version originale de cet article a été écrite par Aleah Ingram, publiée sur ldsdaily.com et traduite par Nathalie

 

 

(Visited 122 times, 1 visits today)