Après avoir perdu ses 10 enfants, une femme trouve l’espoir dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et marche 9 heures pour y arriver.

Lorsqu’il était président de mission de Lusaka, en Zambie, de 2013–2016, Leif Erickson et son épouse, Linda, ont eu l’opportunité incroyable d’observer de près la foi et l’optimisme des Saints zambiens. “Comme n’importe où dans le monde, il y a des revers et des difficultés,” a décrit Erickson, “mais la bonté de ces saints et la force de leur foi et de leur confiance au Seigneur nous inspire.”

Étant donné que l’Église est relativement petite en Zambie, la plupart des membres doivent faire de grands sacrifices pour se rendre à l’église. “Lorsqu’il n’y a pas l’Église partout, sauf dans les grandes villes, ça rend les choses difficiles pour les membres, dans la plupart des cas”, explique Maria Ngambi, une membre de l’Église de la région de Copperbelt. “Dans la plupart des cas, les membres marchent sur de longues distances ou trouvent des moyens de transport tels que des taxis et des bus pour aller à l’église, ce qui est une dépense et un sacrifice non seulement de temps mais aussi d’argent qui se font rares, tous les deux.

Christine Namwingane, une femme de 86 ans, est un exemple de tout cela. Après avoir perdu son mari en 1992 et chacun de ses 10 enfants, dont 5 sont décédés lors d’une crue subite lorsqu’ils étaient petits, Christine avait littéralement tout perdu.

Christine Namwinga, phot prise par Ruth Orien

Christine Namwinga, prise en photo par Ruth Orien

Susan Lowe, une ancienne soeur missionnaire qui a servi à Luanshya, a raconté l’histoire de Christine Namwinga. Elle a écrit : “En janvier 2014, Christine n’avait plus de ressources. Elle est arrivée de son village pour demander de l’aide au prêtre local, mais il l’a renvoyé lui disant qu’il ne pouvait pas l’aider. Elle a erré dans la ville puis elle a remarqué un écriteau blanc avec l’inscription : Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. C’était un samedi, alors elle a passé la nuit devant le bâtiment en attendant d’assister aux réunions le lendemain. Elle ressentait que quelque chose la poussait à aller là-bas. Et c’est ainsi qu’a débuté sa conversion. Les missionnaires ont commencé à l’enseigner. Le dimanche, elle se levait à 3h du matin et marchait pendant neuf heures pour se rendre à l’église.”

C’est devenu une habitude pour Christine. Des membres lui ont généreusement offert un endroit où dormir le samedi soir pour qu’elle puisse faire son trajet de neuf heures jusqu’à Luanshya le samedi afin d’assister à l’église le dimanche. Ce modèle de foi, de consécration et de gentillesse l’a mené à se faire baptiser en avril 2014. Presque un an plus tard, Christine Namwinga est montée dans un bus pour la première fois de sa vie et a fait 36 heures de route pour se rendre au temple de Johannesburg, en Afrique du Sud, afin d’être scellée à son mari, ses 10 enfants et ses parents pour l’éternité. Après son expérience eu temple, elle a écrit : “Je suis heureuse d’être scellée à mon mari, à mes enfants et à mes parents parce que cela me donne la certitude qu’un jour nous nous reverrons et serons ensemble pour toujours dans la vie à venir.”

 


La version originale de cet article a été écrite par Katharine Lyon, publiée sur LDSLiving.com sous le titre «After Losing 10 Children, One Woman Finds Hope in the LDS Church and Walks 9 Hours to Get There» et traduite par Nathalie. French ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company | English ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company 

(Visited 131 times, 1 visits today)